L’Allemagne a récupéré tout l’or qu’elle stockait à Paris

La Bundesbank, la banque centrale allemande, a annoncé mercredi avoir terminé le rapatriement de toutes ses réserves d’or encore stockées à Paris ainsi que d’une partie des lingots mis à l’abri aux États-Unis. Ce chantier sensible a été bouclé avec près de trois ans d’avance.

Depuis le début de cette opération, en 2013, 374 tonnes du précieux métal, soit 11% du total des réserves allemandes, ont quitté les entrepôts de la Banque de France à Paris et 300 tonnes ceux de la Réserve fédérale à New York, pour rejoindre les chambres fortes de la Bundesbank à Francfort (ouest), a expliqué Carl-Ludwig Thiele, membre du directoire de l’institution monétaire. Menés dans des conditions tenues secrètes, ces transports se sont achevés bien avant le terme prévu en 2020. Ils auront coûté au total 7,7 millions d’euros à la “Buba”.

Le deuxième plus gros stock de lingots au monde

Désormais la part stockée en Allemagne représente désormais plus de 50% des réserves d’or de la Bundesbank contre 31% en 2013. Pour mémoire, elle n’en détenait sur son territoire que 2% au moment de la réunification.

La banque centrale avait donc déjà procédé au rapatriement progressif d’une partie de son stock, notamment les lingots stockés dans les coffres de la Banque d’Angleterre, cette dernière exigeant jusqu’alors l’équivalent d’un demi-milliard d’euros en guise de droits de garde.

Désormais, 1710 tonnes du métal fin sont entreposées à Francfort, 1236 tonnes à New York (36,6%) et 432 tonnes à Londres (12,8%). Les réserves d’or allemandes, les deuxièmes plus importantes au monde après celles des États-Unis, représentent 3378 tonnes ou 270.000 lingots pesant chacun environ 12 kilogrammes pour une valeur marchande de 120 milliards d’euros.

Mettre l’or à l’abri au cas où l’Union soviétique l’envahirait

Inexistant au lendemain de la seconde guerre mondiale, le stock d’or de l’Allemagne s’est reconstitué à partir de 1951. Durant la Guerre froide, la Bundesbank avait préféré stocker une grande partie de son or chez ses alliés occidentaux dans l’éventualité d’une agression soviétique. New York, abritant la première devise mondiale, et Londres, premier marché pour l’or, pouvaient permettre en cas de coup dur de monétiser le stock d’or allemand sur place.

Les excédents de balance commerciale vis-à-vis de la France, accumulés pendant la période de “miracle économique” allemand dans les années 60, se sont convertis en lingots d’or stockés à la Banque de France. L’Allemagne a souhaité rapatrier la totalité de ses réserves en France, avec laquelle elle partage la même monnaie. Sur fond de crise dans la zone euro, le fait que le pays puisse stocker plus des deux-tiers de ses réserves d’or à l’étranger avait suscité la polémique en 2012.

Des élus conservateurs avaient même demandé à pouvoir compter eux-mêmes les lingots appartenant à leur pays, exigeant leur rapatriement intégral. L’équivalent allemand de la cour des comptes avait en partie clos le débat en exigeant qu’un inventaire soit réalisé. Tandis que la Bundesbank s’était engagée à détenir dans ses coffres plus de la moitié du stock. C’est chose faite.

Source : bfmbusiness.bfmtv.com