Un français tiré au sort va tester le revenu universel

Une campagne de financement participatif débute aujourd’hui afin d’expérimenter un revenu de base. Ce projet, qui s’inspire d’une initiative allemande, permettra à un Français tiré au sort de toucher 12.000 euros sur un an.

Durant la campagne présidentielle, le revenu universel – proposé par le candidat socialiste Benoît Hamon mais aussi défendu par le patron de Facebook Mark Zuckerberg – avait fait l’objet d’âpres débats, notamment concernant son coût. Le candidat socialiste a été éliminé dès le premier tour mais l’idée n’a pas été abandonnée pour autant. Une campagne de crowdfunding – « Finançons le premier revenu de base ! » – a en effet été lancée ce jeudi.

L’objectif est simple : réunir le plus rapidement possible 12.000 euros afin d’expérimenter un revenu de base. Très concrètement, une personne tirée au sort va bénéficier de 1000 euros par mois pendant un an sans condition de sexe, d’âge ou de ressources. L’inscription est gratuite. « C’est ouvert aux majeurs, qu’ils soient Français ou résidents étrangers », explique au Figaro Julien Bayou, porte-parole d’Europe Écologie-Les Verts (EELV) et investigateur de ce projet. Le tirage au sort – dont la date et le lieu seront fixés d’ici lundi – sera réalisé grâce à un outil numérique qui « piochera » parmi les inscrits. L’heureux élu devra ensuite montrer sa carte d’identité et le versement, qui ne devrait à priori pas être imposable selon Julien Bayou, se fera en douze fois. Seule « contrainte » pour le gagnant : tenir un petit carnet de bord où il devra raconter mensuellement son expérience de vainqueur.

L’idée du projet est d’atteindre 12.000 euros avant Noël, puis ensuite 24.000, 36.000, 48.000, etc… À chaque fois que le seuil de 12.000 euros sera atteint, un nouveau tirage au sort sera effectué. Pour l’heure, près de 4400 euros ont déjà été collectés.

 

« On s’inspire d’une initiative allemande débutée il y a 3 ans. Ils ont financé 100 revenus de base », explique Julien Bayou. Outre-Rhin, le revenu universel est en effet testé façon « loterie ». Mi-avril, un fondateur de start-up avait sélectionné 85 personnes qui ont touché 1000 euros par mois pendant un an, grâce aux dons de 55.000 particuliers. « On a besoin de mettre à jour notre protection sociale », poursuit Julien Bayou. Le porte-parole d’EELV estime que la campagne présidentielle a permis « d’éveiller beaucoup de gens au concept » même si une telle idée « met du temps pour s’imposer » car « c’est un projet que la société a du mal à appréhender ».

Le porte-parole d’EELV souhaite une expérimentation du revenu universel au niveau national « comme on avait expérimenté le RMI dans les années 80 ». « Une expérimentation permettra de voir les effets positifs, en donnant par exemple 1000 euros par mois à des mères célibataires, à des agriculteurs ou à des petites retraites », poursuit-il. Mais pour autoriser l’expérimentation, il faut une loi. C’est d’ailleurs l’objectif « final » de cette initiative : aboutir à une proposition de loi. Pour l’heure, certains départements – comme la Gironde – sont prêts à se lancer dans l’aventure.

Alors qu’une soirée de lancement de l’initiative aura lieu ce jeudi, Julien Bayou peut compter sur certains alliés politiques : les écologistes, l’ancienne ministre de l’écologie Delphine Batho (aujourd’hui vice-présidente du groupe « Nouvelle gauche » à l’assemblée) mais aussi un certain Benoît Hamon.

Source : lefigaro.fr